Asloum: ‘I cannot wait to get started in WSB’

 

31-year-old Redouane Asloum, brother of Sydney 2000 Olympic Games gold medallist Brahim Asloum, made the switch this summer from professional boxing to join World Series of Boxing (WSB) and compete with the German Eagles. The Bantamweight, who boasts a 9-1-1 record, is said to be delighted with this new path and hopes to have a big impact in the world’s premiere team boxing competition, which should in turn pave the way for a long and distinguished career in the AIBA Professional Boxing (APB) ranks.

 

How do you feel about making your debut in WSB?

I am delighted. I am very happy to be able to be working hard for a cause again. I now have objectives and targets to reach, it gives me focus.

 

What do you mean by working hard for a cause again?

I am not going to lie; I have work tremendously hard these last few years. Unfortunately, due to severe problems within the structure of the current professional ranks, you find yourself not always giving 100%. Boxing is an extremely demanding sport, very hard physically, so as a result it can take its toll mentally. When you feel tied up and weighed down by expectations but that nothing happens for you to progress, it becomes difficult to manage.

 

So you feel ready for a second bite at the apple now…

It is true that I have ‘preserved’ myself physically but the mental side took a real knock. When you train for hours on end, that you sweat blood, but in the end your fight gets cancelled or your opponent gets changed at the last minute, it can affect even the toughest guys out there. With WSB things are different, it is great, you have a structure and a set calendar that offers you fight against top-level opposition.

 

You must be quite familiar with the competition through your brother Brahim Asloum…

I must have seen all of Paris United’s home matches during seasons I and II. I openly admit that each time I struggled to stay in my seat; I wanted to get involved and be in the ring each time I was watching. It’s clear and very professional, even though this project is still in its infancy; it is already well established and well respected within the boxing community. Those in the know quickly realised how beneficial this competition is.

 

How did your brother help you in deciding to join?

He has always believed in the project and is a big advocate of the way in which AIBA is really trying to change the world of boxing for the better. It was a simple sell. He is passionate about the project and how WSB and APB will change the boxing landscape for the better.

 

What are your expectations with APB?

It will bring to boxing what all the promoters have always failed to deliver, professionalism, structure and above all visibility. As pro boxers, we need both clarity and honesty in this business. As athletes we need to be able to plan ahead and have a clear sense of direction of where our career is going. I strongly believe that only the world governing body can guarantee this.

 

How do you foresee this season with the German Eagles?

It is a huge challenge that I am really excited with. I will discover a new competition, a new country; I cannot wait to get started. Plus I know that WSB will get me ready for APB in a year’s time. I am impatient.

 

Asloum : « Je suis impatient »

 

Redouane Asloum, 31 ans, frère du médailler d’or des Jeux Olympiques de Sydney en 2000 Brahim Asloum, a rejoint World Series of Boxing et les German Eagles après quelques années de boxe professionnelle. Le Bantamweight, avec un record de 9-1-1, nous a confié se réjouir de ce nouveau choix et espère maintenant avoir un grand impact en WSB. Une compétition qui devrait ouvrir la voie à une longue et brillante carrière dans les rangs du programme AIBA Professional Boxing (APB).

 

Redouane, dans quel est état d’esprit êtes-vous au moment de faire votre entrée en WSB ?

C’est une immense joie pour moi. Je suis heureux de travailler dur de nouveau et de ne plus le faire pour rien. J’ai des objectifs fixes dans ma tête désormais.

 

Qu’entendez-vous par travailler dur de nouveau ?

Je ne vais pas mentir, j’ai beaucoup travaillé ces dernières années. Mais parfois, face aux incohérences du système de la boxe professionnelle, vous avez tendance à relâcher vos efforts. La boxe est un sport extrêmement exigeant, très dur physiquement, alors parfois, moralement, ça casse. Quand vous vous sentez pieds et poings liés, bloqué, mais que rien ne se passe pour vous faire avancer, c’est dur.

 

Vous voilà donc prêt pour une deuxième jeunesse alors…

C’est vrai que je me suis un peu préservé physiquement. Mais le moral en a pris un coup. Quand vous passez des heures à l’entraînement, que vous suez sang et eau pour qu’au final votre combat soit annulé ou que l’on vous change votre adversaire au dernier moment, cela décourage même les plus costauds. Là c’est génial, je sais que je reviens dans un système qui va régulièrement me proposer des combats face à d’excellents adversaires.

 

On imagine que vous connaissez bien WSB via votre frère, Brahim Asloum…

Je pense avoir réussi à assister à tous les matches à domicile du Paris United ces deux dernières années. Et J’avoue qu’à chaque fois j’avais envie de sauter dans le ring. C’est carré, c’est pro, c’est un projet qui malgré son jeune âge est déjà bien établi et réputé dans le milieu de la boxe. Les connaisseurs ont vite compris les bénéfices de cette compétition.

 

En quoi votre frère Brahim vous a-t-il aidé à vous décider ?

Il a toujours cru en ce projet WSB et plus généralement en tout ce que fait l’AIBA pour améliorer le monde de la boxe. Il a donc facilement trouvé les bons arguments pour me convaincre et même me pousser. Il s’est mouillé personnellement en investissant énormément dans Paris United. Il croit à fond dans ce projet et dans APB également.

 

Qu’attendez-vous d’APB ?

Je suis convaincu que cela va apporter aux boxeurs tout ce que les promoteurs privés sont incapables de garantir : du sérieux, de la structure et de la visibilité. En tant que boxeurs pro, on a besoin de clarté et d’honnêteté dans les compétitions. On doit pouvoir savoir où l’on va et pouvoir planifier sa préparation sur plusieurs mois. Je suis convaincu que seule la fédération internationale peut garantir cela.

 

Comment envisagez-vous cette saison WSB avec les German Eagles ?

C’est un sacré challenge et c’est cela qui m’excite. Je vais découvrir une nouvelle compétition, un nouveau pays, j’ai hâte. Et puis je sais que WSB va me préparer au mieux avant les débuts d’APB l’an prochain. Je suis vraiment impatient.